Histoire de La Conception

Accueil

Services aux citoyens

Organisation municipale

Nous joindre

Histoire de La Conception

Accueil

Services aux citoyens

Organisation municipale

Nous joindre

← Retours à la page administration

Un bref aperçu de la Municipalité de La Conception

Les origines de la Municipalité de La Conception remontent au début de 19e siècle. À cette époque, The Hamilton Brothers Company débute ses travaux d’exploitation forestière. On y coupe le bois pour ensuite l’acheminer par la rivière Rouge, vers les scieries de la région de Hawksbury, localisées en Ontario. Parallèlement à la foresterie, on pratique l’agriculture afin de subvenir aux besoins des bûcherons de la Hamilton Brothers Company. La colonisation s’accentue vers 1870 lorsque le curé Labelle a comme mandat de coloniser les forêts des Pays-d’en-Haut en réaction à la problématique de l’exil des jeunes vers les États-Unis.

La Vallée de la Rouge devient le lieu favorisé par le curé Labelle pour la colonisation. Les raisons : La rivière Rouge s’avère l’unique moyen de transport, à l’époque, pour pénétrer les terres du « Nord » et on y retrouve des terres plus propices à l’agriculture.

L’accession du Canton à titre de Municipalité, avec sa structure administrative, remonte à 1883. À cette époque, il s’agissait de la Municipalité du Canton Clyde jusqu’en 1946, où on fit changer le nom officiel pour celui de la Municipalité de La Conception.

La construction du chemin de fer en 1893 donne un coup d’envol au développement de la paroisse de La Conception. L’arrivée d’un deuxième mode de transport pour l’industrie forestière permet une expansion des moulins à scies dans la région. Le train attire de nouveaux arrivants et contribue notamment à l’émergence d’une nouvelle industrie, soit le tourisme.

En 1948, on finalise la route nationale, soit la 11, aujourd’hui la 117, afin de permettre aux véhicules motorisés d’atteindre les terres du nord des Laurentides. Passant au coeur du noyau villageois, cette nouvelle route d’accès a manifestement permis à celui-ci d’afficher un dynamisme certain, lequel s’est traduit notamment par la venue de plusieurs petits commerces souvent reliés à l’automobile. Au début des années 1980, l’attrait de plus en plus fort pour l’automobile va contribuer au déclin du chemin de fer qui s’éteindra officiellement en 1989. Depuis, 1996, l’ancienne emprise ferroviaire s’est transformée en parc régional, soit le Parc régional linéaire le P’tit Train du Nord.

Depuis, 1992, une partie du territoire de la MRC des Laurentides, précisément la nouvelle ville de Mont-Tremblant, connaît un développement accéléré et de grande ampleur. En effet, le développement d’un centre touristique de calibre international réalisé par la Station Mont-Tremblant, génère maintenant une multitude de projets auprès des municipalités environnantes, notamment à La Conception. Au cours de la même période, le tracé de la route 117 a été modifié et passe dorénavant à l’extérieur du noyau villageois de la municipalité, qui s’est retrouvée à perdre la majorité des commerces se trouvant sur son territoire.
Néanmoins, une nouvelle tendance se développe afin de redynamiser le noyau.